Organisation du MCIA

Le Mésocentre de Calcul Intensif Aquitain est organisé autour de trois entités :

Direction des Systèmes d'Information de l'Université de Bordeaux

La DSI de l'Université de Bordeaux héberge les ressources du Mésocentre, notamment le supercalculateur, ainsi que les personnels qui en assurent le bon fonctionnement. Elle oeuvre afin d'en améliorer la disponibilité et est garante de la sécurité des matériels à sa charge.

Comité scientifique

Animé par le responsable scientifique du Mésocentre, ce comité est composé de correspondants des laboratoires des établissements partenaires.
Il se réunit aussi souvent que nécessaire et a comme missions principales de :
  • s'assurer de la bonne utilisation des ressources
  • évaluer l'activité scientifique du Mésocentre et de produire des rapports d'activités
  • stimuler l'animation autour des activités de la communauté d'utilisateurs du Mésocentre
  • organiser la communication interne et externe du Mésocentre

Animateur : ...

Composition du comité scientifique

Baraille Isabelle IPREM-ECP
Carbonnière Philippe IPREM-ECP / CECAM GSO
Carlier Dany ICMCB
Catoire Fabrice CELIA
Commenges Daniel ISPED
Coulaud Olivier INRA
Delage Stéphanie IPRA-LMAP
Depouilly Philippe IMB
Elezgaray Juan CBMN
Franc Alain INRA
Glockner Stéphane I2M
Irvine Mark ISPA
Joliot Marc IMN
Lucchesi Carlo Institut Bergonié
Méreau Raphael ISM
Mieussens Luc IMB
Miqueu Karinne IPREM
Nikolski Macha CBiB
Poncet Philippe UPPA
Ramet Pierre LaBRI
Rousseau Sylvie OASU
Thiébaut Rodolphe ISPED
Vignoles Gérard LCTS
Yildizoglu Murat GREThA

Comité des utilisateurs

Composé des personnels de la DSI administrant les matériels et de représentants scientifiques et techniques des différents partenaires et laboratoires membres.
Ce comité a comme missions principales de :
  • faciliter les échanges et l'expression des besoins de la communauté du Mésocentre
  • s'assurer du bon fonctionnement des différents équipements mis en place
  • proposer au comité scientifique toute évolution technique judicieuse
  • promouvoir et faciliter l'accés aux très grands équipements nationaux et européens
  • produire des indicateurs d'usage
  • faciliter la production et la diffusion auprès des utilisateurs des documents techniques utiles à l'utilisation des moyens de calcul

Animateur : Philippe Poncet / / 05.40.17.52.85

Composition du comité des utilisateurs

Gay Pierre DSI UB
Nguyen Ky Nguyen DSI UB
Aurel Philippe ISM
Bachau Henri CELIA
Begué Didier IPREM
Benaben David CBiB
Bergmann Michel IMB
Bordat Patrice IPREM
Courtand Gilles INCIA
Delalande Christophe IMN
Facq Laurent IMB
Frigerio Jean-Marc BioGeCo
Geneste Nathalie EPOC
Genuer Robin ISPED
Glockner Stéphane I2M
Hertzberg Jacques Dir. Numérique UPPA
Khadra Khodor IMB
Laizet Yec'han Institut Bergonié
Le Bris Vincent Dir. Numérique UPPA
Le Gal Bertrand IMS
Marieu Vincent EPOC
Méreau Raphael ISM
Odunlami Marc Dir. Numérique UPPA
Poncet Philippe IPRA-LMAP
Rousseau Sylvie LAB
Rue François INRA
Taib Nada CBMN
Tran Cong Kevin Institut Bergonié

Historique du HPC sur le site de Bordeaux

La simulation numérique a connu un très fort développement à l’Université de Bordeaux depuis une vingtaine d’années. Dès 1993 apparait la nécessité de regrouper les moyens de calcul de plusieurs laboratoires dans un centre de calcul. Le Pôle MNI (Modélisation Numérique Intensive) dirigé par Pierre Charrier remplira cette fonction, jusqu’en 1998, pour plusieurs laboratoires de Chimie, de Physique et de Mathématiques Appliquées. Ce centre de calcul avait au moment de sa création des calculateurs Cray J916 et T3E. L’élargissement des acteurs du calcul intensif et le besoin d’une plateforme viable de niveau intermédiaire, i.e. entre les centres nationaux (IDRIS, CINES) et les laboratoires, conduira ensuite à la création du Pôle M3PEC (Modélisation Microscopique et Mésoscopique en Physique, en Environnement et en Chimie) animé par Samir Matar. En 2002 un supercalculateur IBM p690 (32 processeurs et 64 Go de mémoire) a été acquis, ce qui a permis de consolider la communauté scientifique du campus Bordeaux 1. Forts de cette nouvelle dynamique, l’Action Concertée Incitative du MRNT pour la création de Mésocentres Régionaux et un cofinancement assuré en grande partie par la Région Aquitaine ont assuré la poursuite du développement du centre de calcul. Sur le plan de l’ouverture ceci impliquait la satisfaction de besoins croissants avec les nouvelles structures (IECB, CELIA, LaBRI) et surtout une ouverture très forte au-delà du campus de Bordeaux 1 en intégrant les partenaires naturels en Aquitaine que sont les autres universités Bordelaises, en particulier l’Université Bordeaux 2 et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Les Ecoles d’Ingénieurs bordelaises qui intègrent un enseignement au calcul parallèle ont alors la possibilité d’accéder aux machines du Pôle dans le cadre d’un cursus bien défini.
Le supercalculateur installé en 2006 était un IBM p575 offrant pour les applicatifs en interactif 1 noeud de 16 processeurs cadencés à 1.9 GHz et 64 Go de mémoire ; les calculs impliqués servant essentiellement de validation aux travaux en traitement par lots. Ces derniers disposant de 14 noeuds de 16 processeurs chacun, cadencés à 1.5 GHz et avec 32 Go de mémoire, soit un total de 224 processeurs délivrant une puissance de crête globale de 1.34 Tflops et pouvant accéder à 448 Go de mémoire distribuée.
En 2010, pour répondre aux besoins croissants d’une communauté scientifique toujours plus large, le Pôle M3PEC devient le MCIA (Mésocentre de Calcul Intensif Aquitain) et diversifie ses services et moyens de calcul (Grille et cluster). Porté par l’ensemble des établissements Aquitains, ce projet a l’ambition de donner une véritable dimension régionale au Mésocentre. Ainsi, il ne se limite pas à la simple mise à disposition d’équipements mais vise :

  • La mise en place d’actions impliquant l’ensemble des acteurs pour favoriser le développement de la recherche dans l’ensemble des domaines concernés par la simulation numérique.
  • L’aide aux transformations que doivent opérer de petites ou moyennes entreprises d’Aquitaine confrontées à des problématiques de plus en plus complexes.
  • La stimulation des échanges et transferts de compétences au sein d’une vaste communauté par l’organisation d’évènements favorisant les échanges.

Ce projet prévoyait notamment l’acquisition d’un supercalculateur et c’est la solution proposée par les sociétés Clustervision/DELL qui a été sélectionnée en avril 2011. Ce nouveau supercalculateur de 3168 cœurs fournissant 39 Tflops de puissance de calcul a été inauguré et mis en service lors d'une journée scientifique qui s'est tenue à Bordeaux le 25 novembre 2011.

logos_partenaires.png (71,015 ko) Jean-Christophe Soetens, 28/06/2016 14:53

avakas.png (279,415 ko) Jean-Christophe Soetens, 28/06/2016 15:50